Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/06/2021

Funambules

Nous sommes sur le fil, toujours à nous demander quand nous allons tomber, mus dans cet équilibre précaire qui flirte avec le vide. Nos vies ravagées.  Comment en sommes-nous arrivés là, sans confort, sans refuge, seulement avec la nécessité de mettre un pas devant l'autre au risque de tomber ? Nous envions ceux qui se tiennent aux extrémités et qui ne tentent jamais la traversée, qu'aucune main indélicate n'a poussé sur cette corde tendue et capricieuse. Nous nous reconnaissons, nous ne parlons pas des dangers, ils sont là dans nos conversations qui les taisent. A chaque pas, le gouffre potentiel. Et des grammaires restent à trouver qui sauraient dire le temps suspendu dans l'enjambée, l'indécision dangereuse. 

Je fais avec toi qui ne saura rien de tout cela, qui a su te tenir sur la terre ferme, qui me reçoit sans t'apercevoir qu'en parlant, je retiens mon souffle et que je ne vois jamais demain au delà du jeu d'équilibre présent. Et qui n'emploie jamais les mots "futur" ou "après". Mon calendrier se résume au jour le jour, au pas à pas, aux distorsions de la corde sous mes pieds, à son balancement. Si je regarde plus loin, c'est le gouffre assuré, le vertige sournois qui entraine la chute.

Alors, je me contente de ne pas réfléchir, de ne pas me projeter en avant comme demain, de vivre la course des heures dans leur immédiateté de secondes, là un moment après l'autre.

Commentaires

Continuez d'écrire...

Je viens de livre un livre s'intitulant l'amour harcelant, de l'auteure Elena Ferrante. Elle suit une femme enquêtant sur elle-même en utilisant le "je" d'une funambule.

Le livre à mes yeux ne se termine pas là où l'auteure laisse cette femme adulte (de quarante ans. L'auteure "la laisse là" pour ouvrir une brèche, à mon sens.

Cette enquête dans l'intime est menée par un esprit mûr. En tant que lecteurs on ne se perd pas dans l'oubli de soi en portant attention à cette femme tout autre que soi dans son parcours. Et cette attention à quoi nous amène une vraie lecture a pour vertu d'ancrer. Autrui nous aspire peu à peu, nous porte.

L'amour harcelant est donc le titre de livre, qui à la base parle d'un pervers s'en prenant à la mère de celle qui enquête sur celle-ci et du même coup sur elle-même.

Cordialement.

Écrit par : Régine Vast | 13/06/2021

Merci de ce conseil. Je vais me le procurer.

Écrit par : Amélie | 14/06/2021

Les commentaires sont fermés.